La bannière Sainte Cécile de retour à Rosay en 2018
La comtesse de Valon et les fanfares
L'histoire de la fanfare des sapeurs-pompiers
Le règlement intégral de la fanfare


 

La bannière Sainte Cécile de retour à Rosay

A l'occasion du repas des ainés le 1er mai 2018, Jean-Jacques Falher, chantre du patrimoine normand, remettait au maire de Rosay, Pascal Béharel, la bannière offerte à la fanfare des pompiers de Rosay par la comtesse de Valon et sa fille. Cette bannière est dédiée à Sainte Cécile, patronne des musiciens et des brodeurs. Son dos est brodé aux noms de Comtesse de Vallon (faute d'orthographe) et Marquise de Castelbajac. Cette dernière a épousé en juin 1869 le marquis Gaston de Castelbajac. C'est pourquoi on peut dater cette bannière entre 1869 et 1870. A l'invasion prussienne en décembre 1870, on sait qu'elle a été mise en sécurité au château.

En 1864, une subdivision de sapeurs-pompiers est créée à Rosay sous l'impulsion du comte de Valon qui est élu maire du village en 1865. Dans la continuité, il se créera une fanfare des sapeurs-pompiers, à l’initiative de la comtesse de Valon. En octobre 1865, une fête est organisée au château en présence de M.Janvier, préfet de l’Eure. On réceptionne la nouvelle compagnie de sapeurs-pompiers du village et le préfet remet le brevet de capitaine à M Saint Martin et de lieutenant à M Crépin : messe, repas de 100 couverts et bal jusqu’au petit matin ! On n’évoque pas encore la fanfare.
(Journal Le Vexin du 15 octobre 1865)



Impartial du jeudi 10 mai 2018








La comtesse de Valon et les fanfares



La comtesse de Valon sur ses vieux jours



A propos de la comtesse de Valon (1825-1903)

C'est en 1856 qu’Apollonie de Valon prend l'initiative de reconstituer l'harmonie de Tulle (son mari fût député et son beau-père, maire de Tulle) qui prendra l'appellation « Enfants de Tulle » en 1860.
En 1893, on interprétait en hommage à la comtesse « A Madama la Comtessa de Valon »
En 2006, la ville de Tulle honore la fondatrice et bienfaitrice de l'harmonie municipale "Les Enfants de Tulle", à l'occasion du 150ème anniversaire de sa création.

A propos de la marquise de Castelbajac (1849-1927)

La comtesse de Valon offre à sa fille le château d'Argueil où elle résidera. Devenue marquise par son mariage avec Gaston de Castelbajac en 1869, elle est l'arrière grand-mère du styliste et créateur de mode Jean-Charles du même nom. Apollonie est son arrière-arrière-grand-mère.
         

Fin août 1882, les membres de la fanfare de Charleval sont reçus dans le parc du château de Rosay par la comtesse et le comte.
"Les membres de la fanfare de Charleval, sous la direction de monsieur Prilleux, accompagnés de la société chorale, dirigée par monsieur Chevalier, sont allés la semaine dernière, au château de Rosay, remercier madame la comtesse de Valon de la magnifique bannière qu'elle a donnée à la fanfare.
Ils ont été reçus dans le parc, de la manière la plus gracieuse, par M. le comte et Mme la comtesse de Valon, qui leur ont offert une collation. Le jeune Méry Legros, de Charleval, a adressé à Mme de Valon un petit compliment très bien tourné, pour la remercier, au nom de toute la population, de son inépuisable charité.
Une foule d'habitants du pays et de promeneurs des environs avaient également été admis dans le parc, où la fanfare et la société chorale ont exécuté les meilleurs morceaux de leur répertoire"

Journal Le Vexin, 5 septembre 1882  


L'histoire de la fanfare des sapeurs-pompiers

C’est dans l’annuaire du département de l’Eure en 1868 qu’apparait pour la première fois la fanfare des pompiers de Rosay : 18 musiciens. La seule représentation connue se déroule en février 1869 :
«La semaine dernière ce village était tout en fête, la fanfare des pompiers avait organisé un bal au profit des pauvres. La salle décorée avec le plus grand soin, faisant honneur aux commissaires ordonnateurs de cette jolie réunion. On aime à faire le bien à Rosay, et surtout en s'amusant; chacun avait apporté son contingent de gaîté, et les danses se sont prolongées jusqu'au jour. La quête faite par Mlle de Valon et M.Milliard fils (*), jointe aux nombreuses souscriptions, a produit la somme de 100 F , que les commissaires ont été heureux d’offrir aux pauvres, qui eux aussi garderont bon souvenir de cette charmante fête »
Journal Le Vexin du 21 février 1869

(*) Henri Milliard est le fils du précédent maire. Brillantissime élève au lycée de Rouen, il obtiendra, en août 1869, le meilleur résultat avec 5 prix et 3 accessits (Journal Le Vexin)

Un règlement, certainement en 1867 ou 1868, est rédigé et comporte 24 articles de rédaction parfaite et stricte. Il n’est ni daté, ni signé par ses membres. On peut  penser que la comtesse y a veillé personnellement. Trois articles témoignent d’une volonté de rigueur ou rigidité  :
« Art7 : Les membres de la société fixeront par voie de scrutin les jours et heures des répétitions ordinaires ; il y en aura au moins une par semaine. A l’heure précise fixée pour la répétition, le secrétaire par ordre du chef de musique, procédera à l’appel nominal de chaque membre, le membre qui ne répondra pas à l’appel de son nom sera passible d’une amende de 10 centimes, vingt minutes après ce premier appel, il en sera fait un second et tout membre absent sera également passible d’une amende de 25 centimes.
Art8 : Le chef et le sous-chef seront tenus à donner des leçons aux élèves ; elles seront gratuites.
Art11 : Chaque membre doit assister aux services commandés par le chef de musique ; s’il ne peut s’y rendre il doit en donner avis au président ou au vice-président du conseil ; faute de ce faire, il sera passible d’une amende de cinquante centimes par service »
           On ne sait rien de ses membres sauf que le chef de musique, très jeune, se nomme Arsène Séraphin DAMAS. Ouvrier serrurier, âgé de 23ans en 1867, il se marie en 1870, date à laquelle la fanfare est dissoute. Est-ce lui ou l’arrivée en décembre des prussiens dans la vallée qui en est responsable ? On sait qu’alors les instruments de musique et la bannière ont été mis en sécurité au château.
La réunion du conseil municipal le 2 septembre 1881 est riche de renseignements sur la fanfare :
« les instruments de l’ancienne musique des pompiers dissoute en 1870, donnés partie par la commune, partie par le préfet et une autre partie par la famille de Valon et remis au château au moment de l’invasion étrangère ont été réclamés par lui à M le Comte à plusieurs reprises. Dans le courant de juin dernier, M le Comte lui a répondu que la comtesse était sur le point de venir à Rosay , il le priait de s’entendre avec elle. Après être allé la trouver, elle lui a répondu qu’elle rendrait les instruments donnés par la commune quand à ceux donnés par le préfet M Janvier, ils avaient été donnés à elle, comtesse de Valon. Quelques jours après quelques instruments furent déposés à la mairie et le reste n’est pas rentré depuis. 
- un règlement de l’ancienne musique était entre les mains de Mme Damas veuve de l’ancien chef de musique. Au moment de l’organisation de la compagnie actuelle, M Tremblay Amédée s’est rendu chez Mme Damas, sa sœur, et s’est emparé de ce règlement et sur la demande qu’il a été faite de le restituer à la mairie, il a donné pour toute réponse  qu’il l’avait remis à qui de droit.
- un drapeau avait été donné par Mme la comtesse de Valon à la compagnie de sapeurs-pompiers de Rosay et ce drapeau est aussi disparu de la mairie. »
             M le Comte de Valon a promis de rendre les instruments qui sont en sa possession de faire revenir ceux qu’il a prêté à la musique de Lyons, de remettre le drapeau qui doit être dans son château ainsi que le règlement s’il le retrouve. Nouveau problème en novembre 1892, on est cette fois à la recherche de deux altos. On demande à l’ex-maire, le vicomte René de Valon de rendre ces instruments dans un délai de un mois.  
             Le 27 février 1881, le règlement est complété par l’article25 puis daté et signé par tous les membres :
président Léon Demouchy 26 ans, vice-président Millard, trésorier Maillard 27ans, secrétaire Elie Tremblay 19 ans et les membres Autin Jules 31ans, Froment 31ans, Parravez, Jules Pimpernel 21 ans, Pimpernel fils, Tremblay Anatole 18ans, Deshayes Léopold 17 ans, Pimpernel Henri, Louis Trubert 17 ans, Parravez Emile 18 ans, Pannier, Milliard, Etienne Charles 15 ans, Parravez Léon 13 ans, Fortier,  Etienne, Jumelin Clodomir 17 ans.
président L.Demouchy est un jeune ouvrier boisselier promis au plus grand avenir. Devenu marchand de bois, il prend la mairie au vicomte René de Valon en 1892 et la conservera jusqu’à sa mort en 1922.  
             L’inventaire partiel de 1885 nous éclaire sur les instruments de musique de la fanfare : 3 clairons, 3 caisses, 1 tarole, 1 grosse caisse et ses accessoires, 6 instruments de cuivre (basson, bugle,..) auxquels il faut ajouter au moins deux altos. Les inventaires suivants permettent de compléter la liste des musiciens : Delarue Léon, clairon ; Delamare Félix, tambour ; Duhamel, tambour ; Vogel, clairon ; Moulin Alfred, clairon ; Vigreux Désiré fils, clairon ; Gribouval Ernest, clairon. Lors des recensements des conscrits de 1905 à 1907, des jeunes du village se déclarent musiciens : Bénard Jules, bugle ; Boufflet Henri, clairon ; Tremblay Léon, Bugle ; Boulanger Anthime, violon ; Leroy Léon, alto ; Lavallée Agathon, basson ; Demouchy Lucien, violon.

             On ne trouve pas trace des morceaux joués par la fanfare de Rosay ni de présence aux concours de musique dans le département. En septembre 1865 au concours de Fleury, Lyons la Forêt obtient le 3ème prix des musiques en formation. Bien plus tard, au concours musical de Dangu le 25 juin 1882, la fanfare de Charleval joue "Fleurs de mai" de G.Tilliard, le morceau en vogue: "Début convenable, accord assez bon. L'ensemble a été vacillant. Le deuxième piston fait des contre-temps qui ne sont pas écrits. En résumé, exécution satisfaisante"
Journal le Vexin 27 août 1882

            

Mariage à Rosay entre Léon Henri Damas et Adélina Arthémise Houbé le 10 septembre 1895 (envoi par mail d'un descendant)
Le marié, Léon Henri, est le fils de Séraphin Damas, le premier chef de la fanfare de Rosay entre 1867 et 1870. Sa mère, Alphonsine Tremblay, est ouvrière de filature.
La famille Tremblay est donc présente sur ce cliché et le violoniste à gauche sur le cliché pourrait, pourquoi pas, être Anatole Tremblay membre de la fanfare de Rosay, âgé ce jour-là de 33ans ou bien Elie Tremblay 32ans.


L'inauguration de la nouvelle de mairie d'Ecouis le dimanche 24 avril 1904 

Le Journal des Andelys rend largement compte des cérémonies d’inauguration de la nouvelle mairie d’Ecouis.
Le village inaugure en grandes pompes sa nouvelle mairie, construite grâce à un legs en 1903 de 80 000F de la part d’une habitante, Mme Rolland, veuve de J-C Gloria.
« Les choses étaient d’ailleurs très bien faites et la coquette petite bourgade avait revêtu un air joyeux : guirlandes et pavois flottaient gaiement au vent. La place de l’église était couverte de forains.
Les différentes attractions de la journée se sont succédées : concours de pompe,  festival où les musiques de Charleval, Fleury, Muids, Mainneville et Bézu St Eloi ont fait merveille et la cérémonie de l’inauguration tout à fait grandiose. Un magnifique banquet, servi par M Lieubray de Lyons, a réuni à 6heures plus de 100couverts. L e bal a été très nombreux et très brillant. »

Cet article énumère ensuite le palmarès des diverses épreuves du concours des sapeurs-pompiers
Rien ne permet d’affirmer que la subdivision de Rosay ait participé à cette manifestation.



La fanfare d'Hacqueville



Les compagnies de l'arrondissement des Andelys et leurs pompes alignées devant la Collégiale


La fin de la fanfare à Rosay

On ne trouve trace de son activité qu’à occasion de la fête nationale : en 1904, le 13 au soir, retraite aux flambeaux par la musique. 1905 marque certainement la fin de la fanfare « La retraite partira de la mairie puis l’école, remontera la grande rue jusqu’au Bout du Haut puis reviendra par le chemin du Fol Accard. Il sera acheté pour 6F de mirlitons ». Quelques mois après le décès de sa bienfaitrice, la comtesse de Valon, cet achat de mirlitons semble signifier la fin définitive de la fanfare de Rosay.
Cete fanfare aura eu une activité épisodique et chaotique, souvent à la recherche de ses instruments. Mais une culture musicale s’est implantée au village, témoins les conscrits de 1905. Son destin aura été lié à celui de la famille de Valon. La perte de la mairie pour le vicomte René, l'autoritarisme de la comtesse et la difficile laïcisation de l'école n'auront pas généré la sérénité nécessaire à la survie de cette fanfare.

 

Liste non exhaustive des membres de la fanfare de Rosay entre 1867 et 1904.

AUTIN Jules Sénateur, né le 28 septembre 1850
CHRISTOT Alexandre Emile,  né en 1853
CHRISTOT Adjutor, né en 1861
DAMAS Arsène Séraphin, né le 13 décembre 1844. Chef de la fanfare en 1870. Décès 29 mai 1876 à Charleval.
DEMOUCHY Léon , né en 1855, marié en 1880. Président de la fanfare en 1881
DEMOUCHY Léon Lucien né le 19 décembre 1888, mariage le 1/07/1912 comptable
DELARUE Eugène Léon né le 27 août 1850 à Rosay, ouvrier de filature, clairon
DESHAYES Charles Léopold, né le 26 avril 1864
ETIENNE Charles Alexandre, né le 9 avril 1866
ETIENNE Charles, né le 14 novembre 1868
FROMENT Tranquille Gustave, né le 28 janvier 1850
JUMELIN Ferdinand Clodomir, né le 14mars 1864
MAILLARD Léon, né 6 août 1854, trésorier de la fanfare
MOULIN Frédéric Edmond, né 26 avril 1858
MOULIN Edmond Frédéric, né 30 novembre 1858
PARRAVEZ Emile, né le 8 décembre 1863
PARRAVEZ Albert Léon, né 10 octobre 1868 (futur maire de Rosay en 1922)
PILLARD Eugène Francois, né en 1842, décédé le 8 septembre 1897
PIMPERNEL Jules Alexandre, né en 1860 décédé le 36 juin 1895, ouvrier de filature
PIMPERNEL Henri Alphonse Xavier père, né en 1834, décédé le 14 juillet 1895
TREMBLAY Amédée, né en 1834
TREMBLAY Anatole, né le 22 mars 1863
TREMBLAY Elie, né en 1862, marié le 24 novembre 1885
TRUBERT Louis, né en 1864
VOGEL André père, né en 1824, contremaître de filature
VOGEL Henri Rémi fils, né le 12 mars 1863

Lors des recensements des conscrits de 1905 à 1907, certains se déclarent être musiciens :  

BENARD Jules, bugle 
BOUFFLET Henri, clairon
TREMBLAY Léon, Bugle
BOULANGER Anthime, violon
LEROY Léon, alto
LAVALLEE Agathon, basson 
DEMOUCHY Lucien, violon.


 

Le règlement intégral de la fanfare des sapeurs-pompiers de Rosay


Règlement de la musique municipale faisant

partie de la compagnie des sapeurs-pompiers
de la commune de Rosay  1865


Article1

Entre les soussignés est formée une société de musique sous le titre de musique municipale faisant partie de la compagnie des sapeurs-pompiers de Rosay

Article2

La société, dirigée par un chef et un sous-chef, est composée de quinze membres au minimum et vingt maximum, le chef et le sous-chef compris

Article3

Le conseil est nommé, lequel se compose : d’un président, d’un vice-président, d’un secrétaire et de trois autres membres.

Article4

Le chef et le sous-chef de musique sont de droit, le premier président et le second vice-président du dit conseil.

Article5

Les nominations de secrétaire, trésorier et membres du conseil se font par voie de scrutin secret.
Les trois membres assistent à toutes les réunions du conseil ; ils ont voix délibératives.





Article6

Le conseil est nommé pour cinq années consécutives à partir de la constitution régulière des statuts.

Article7

Les membres de la société fixeront par voie de scrutin les jours et heures des répétitions ordinaires ; il y en aura au moins une par semaine. A l’heure précise fixée pour la répétition, le secrétaire par ordre du chef de musique, procédera à l’appel nominal de chaque membre, le membre qui ne répondra pas à l’appel de son nom sera passible d’une amende de 10centimes, vingt minutes après ce premier appel, il en sera fait un second et tout membre absent sera également passible d’une amende de 25centimes.

Article8

Le chef et le sous-chef seront tenus à donner des leçons aux élèves ; elles seront gratuites.

Article9

Seul, le chef de musique, ou à son absence le sous-chef, aura le droit de désigner les morceaux de musique qu’il trouvera convenable de faire jouer.

Article10

Tout membre qui aura un instrument appartenant à la commune sera tenu de le tenir en parfait état de propreté et de conservation.

Article11

Chaque membre doit assister aux services commandés par le chef de musique ; s’il ne peut s’y rendre il doit en donner avis au président ou au vice-président du conseil ; faute de ce faire, il sera passible d’une amende de cinquante centimes par service.





Article12

Le secrétaire est chargé de la rédaction des procès-verbaux, du classement des registres et des papiers de la société.

Article13

Le trésorier tient la comptabilité et reçoit tous les fonds alloués à la société.

Article14

Tout membre qui aura été passible d’une amende devra la verser à la répétition ou réunion suivante dans les mains du trésorier.

Article15

La société aura toujours le droit, et toutes les fois qu’elle le jugera utile, d’exercer elle-même le contrôle nécessaire à la bonne gestion de sa caisse. Pour cet effet, il sera procédé par voie de scrutin.

Article16

Le trésorier se tiendra à la disposition de la société pour l’accomplissement de l’article ci-dessus.





Article17

Aucunes acquisitions, aucunes dépenses ne pourront être faites sans être permises par un vote de la société.

Article18

Tout membre démissionnaire n’est tenu qu’à présenter sa démission par écrit au conseil.

Article19

Tout membre actif doit souscrire pour la formation d’un fond de caisse, cette souscription ne peut être taxée.

Article20

L’admission d’un membre dans la société doit être présentée par un des membres du conseil, lequel en donnera connaissance à tous les membres de la société dans la prochaine réunion.

Article21

Tout nouveau membre sera admis à la majorité des voix.

Article22

Sur la proposition du chef, un membre peut être exclu de la société ; dans ce cas elle devra procéder par voie de scrutin secret.

Article23

Lorsque le chef de musique propose de faire une sortie hors de la localité, soit pour concours ou pour toute autre cause, en cas de partage des voix, l’adhésion se fait par voie de scrutin secret et doit obtenir au moins les trois-quarts des voix des membres présents.




Article24

La société de musique est tenue d’assister à chaque réunion pour le service de la pompe par ordre du chef de musique.

----------------------------------------------------------------------------------
fin du règlement de 1865

ajout de l'article25 en 1881
--------------------------------------------------------------------------------------------------


Article25

Le trésorier devra tous les trois mois ainsi que le secrétaire rendre les comptes à la société.

 

le président, signé Léon Demouchy,
le vice-président, signé Pillard
le trésorier, signé Maillard
Les membres de la société, signés
Autin Jules,  Froment, Parravez, Jules Pimpernelle, Pimpernelle fils, Tremblay Anatole, Deshayes Léopold, Pimpernelle Henri , Louis Trubert, Parravez Emile, Pannier, Milliard, Etienne Charles, Parravez Léon, Fortier,  Etienne, Jumelin Clodomir   
Le secrétaire Elie Tremblay

Le maire de la commune de Rosay
Vu les statuts qui précèdent concernant la société de musique municipale de cette commune est d’avis qu’ils soient approuvés selon leur forme et leur teneur.
Rosay le 27 février 1881

Le maire, signé Crespin